Le désert médical avance, des solutions aussi !


Ce désert-là n’est pas climatique mais médical.
Un an après une année d’existence, le samedi 28/10/17 l’ACCDM (Association de Citoyens Contre les Déserts Médicaux – ne serait-il pas plus heureux d’être une association POUR un accès aux soins pour tous ?) organisait à la suite de son AG (Assemblée Générale), une réunion publique d’informations pour faire un point sur son action.
Parmi un public et des invités plutôt âgés, aussi divers que tous concernés par le défaut de couverture médicale du territoire, un état des lieux a été dressé, entre drames et innovations.

La sérénité faisait parfois défaut tant des rancœurs, des frustrations, de grandes inquiétudes compréhensibles et des réflexions maladroites se télescopaient.

Par Marrie de Laval.

La crise sanitaire est déjà là : il y a non-assistance à personnes en danger.

Comment oser dire le contraire quand des patients et des médecins expliquent que pour un « simple » renouvellement de médicaments pour une pathologie stabilisée au long cours (de type diabète ou hypertension) il faut appeler le SAMU ou se rendre aux urgences ?
Aussi, quand François Zocchetto explique que « le sujet est de première importance puisqu’il est impossible d’accéder aux soins. Qui aurait pu croire ça il y a quelques années », dans la salle, le public s’indigne et lui oppose que «  la démographie médicale appelait à l’anticipation dès les années 90 » … Parce qu’il faut 10 ans pour former un médecin.
Depuis les années 70, la convergence de l’aveuglement politique et du conservatisme de certains médecins soutenus par des syndicats les représentant et l’idée selon laquelle l’absence de docteurs limitera les prescriptions médicamenteuses, cause du déficit de la sécurité sociale, a eu raison du système de soins dont nous étions si fiers.

De nombreux exemples le prouvent. Des malades, exclus du circuit pour cause de docteurs saturés de patients, en sont réduits à consulter aux urgences ou appeler le SAMU. En ophtalmologie, des mayennais renoncent depuis des années au suivi et aux soins, souvent parce qu’incapables de se déplacer dans une localité plus éloignée. Certains se regroupent pour faire « voyage commun » mais les médecins rechignent car s’ils sont en retard ou empêchés, c’est une demi-journée de travail de perdu, un manque à gagner, des patients qui auront perdu une chance de consultation.
Sur la seule agglomération lavaloise, près de 10 000 personnes ne disposent pas de médecins référents. Cela ne va pas s’arranger puisque la moyenne d’âge des praticiens est de 56 ans.
La mairie de Laval, tout en martelant que le système de soins est de la seule compétence de l’État et de la Sécurité sociale, entreprend l’expérimentation des maisons de santé en coordination avec le conseil départemental avec la première installation sur le quartier de Hilard.

Un monde médical en pleine mutation.

Par la diversité des intervenants (élus locaux -Briand, Doineau, Garot, Zocchetto- associations de patients de Vendée et de Mayenne- Audace53, association pour les hôpitaux et maternités de proximité, des praticiens – les docteurs Jouan et Rafaud), les prétentions de chacun et les limites des solutions présentées ont permis de poser les choses.
Depuis 1948, les constitutions des 4ème et 5ème République disposent du droit à être soigné. Les patients veulent des médecins à proximité, toutes spécialités confondues dans une large plage horaire pour tenir compte de l’évolution des mode de vie et de travail.
Or, les médecins (qui sont aussi à 75 % des étudiantes depuis plus de 10 ans dans les facultés) n’acceptent plus de travailler 70h/semaine comme dans les années 70 et les conséquences familiales et sociales que cela entraine sur leur vie (cette profession un des plus fort taux de divorce). Les conjoints doivent tout autant pouvoir trouver à travailler à proximité. L’image du médecin avec l’épouse au secrétariat est révolue.
Le débauchage de médecins étrangers pose tout autant des difficultés relatives à la formation, la barrière linguistique, l’acclimatation à un nouveau mode de vie tout en étant éthiquement préjudiciable aux populations dépossédées de leurs médecins.
Quant aux divers plans gouvernementaux de sauvetage du système, trop souvent cosmétiques, ils se heurtent aux réalités du terrain : en effet, comment procéder à de la télémédecine en l’absence de médecins pour poser le diagnostic en bout de ligne, si tant est que la ligne (avec fibre pour l’internet à haut débit, primordial pour l’imagerie médicale) existe ? Par ce qu’à la zone blanche téléphonique  se superpose celle du désert médical.

Outre les difficultés à attirer de nouveaux praticiens, le compte de jeunes en formation n’y est pas.
Avec 8588 étudiants admis en 1972 en première année de médecine, 3750 en 1992 et 7500 en 2012,  nous auront encore des phénomènes de désertification … Si nous sommes remontés à 8124 étudiants en 2017, nous n’avons toujours pas comblé le niveau de 1972, d’autant plus que la population en France est passée de plus de 50 millions à presque 65 millions aujourd’hui. Que les politiques ne viennent pas nous dire qu’on forme trop de médecins !

Alors, face à tout ce désordre et cette pénurie, à défaut de médecins, la Mayenne innove. Elisabeth Doineau a présenté la maison médicale du pays de Craon. Selon l’élue, « rien n’est jamais perdu ! ».
La sénatrice a expliqué que pour y regrouper 70 professionnels du secteur médical, il a fallu des mois, pour ne pas dire des années, de discussion entre tous les intervenants (professionnels, patients, collectivités) pour aboutir à une solution pérenne mais toujours en évolution pour coller au plus près des besoins. Rien, ni ne peut ni ne doit rester figé. « Le service médical de proximité est l’avenir et les stages auprès de généralistes durant le cursus universitaire favorisent les installations ». Le docteur Jouan, praticien dans la maison médicale de Montsûrs mais aussi président du conseil de l’ordre et membre de la faculté de médecine d’Angers renchérit : « D’ailleurs, le département redevient attractif devant celui de la Sarthe et du Maine et Loire ».
En sa qualité d’initiateur du regroupement montsûrais en 2009 sous la forme d’une SISA (Société Interprofessionnelle de soins ambulatoires), il favorise l’installation toute en souplesse de professionnels. Cette solution séduit les plus jeunes en recherche d’un mode de vie équilibré permettant de panacher une pratique tant en milieu libéral que public. La diversité des situations d’installation sans les contraintes administratives ne les éloigne plus de leur vocation, au moment où seul 20 % des nouveaux diplômés s’installent à leur compte.

Publicités

A propos Marrie de Laval

Liberté - Egalité - Fraternité ... Dépitée !
Galerie | Cet article, publié dans Politique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s